Turkmenistan / Turkménistan

Turkmenistan / Turkménistan dans Album photo drapeau-grande-bretagne  There are 2 ways to visit Turkmenistan: you can get a 5 days transit Visa but beware you’ll have to be one time at the exit border, or you can get a tourist Visa through a travel agency that will also provide for a guide. Good on us, we choose the second solution that is much more expensive but “safer” (you’ll see later what kind of predators we had to face). Our guide waits for us at the border to do all the paper work with us. He runs from an office to another during an hour to get the right stamps on the right forms then tells us that we just need one more stamp, the last one, but unfortunately it’s 1:00pm (lunch and nap time) and all the border offices are closed until 2:00pm. An hour later we leave the border, feeling victorious, when our guide asks if we have room for one more person in the cabin. His wife is away and he’s the one supposed to look after their 9 years old son. What would have happened if we had answered: “Sorry the cabin has only 7 seatbelts we can take 8 passengers”.

On the way to Mary we are stopped every 30 km by policemen. They are very creative to find a good reasons to ask for $5-10; one tells us that we have our lights on and it is not pitch dark wet, another founds that tinted windows were not allowed (all cars have tinted windows specially the one that belongs to the policeman), a third one tells us children under 12 are not allowed to seat on the front seat or we are driving over the speed limit in a zone without speed limit… Our guide, a smile stucks on his face, informs us that “Tourists are the president’s guests and police can’t annoyed them” and this policeman was too young and unexperienced, that one was old and in a bad mood but they actually do their job. Our guide likes his country (Here it’s far better than in Uzbekistan, isn’t it?) and he argues, chats and convinces police officers to let us go. After a dozen of police controls, we can feel he is less enthusiastic and a little bit bored but one thing we can thank him for is that we didn’t have to pay a cent. He tells us that to become a police officer you have to pay 25000 dollars cash to you hierarchy but it’s not a problem because usually after 6 months working as a traffic officer you get your money back. We also understand that trucks loaded with goods are the targets. Truck drivers always have their pockets full of $5 notes and give them systematically to the policeman who stops them without arguing or even listening to the officer’s claim. Unfortunately our vehicle is a truck. Chatting with our guide, we learn that government subsidises for petrol and accommodation; every citizen has 100 litres of petrol for free every month and our guide pays a rent of $4 a year!

The highway we take is in a terrible shape with huge ruts, so dip that some time getting out of them to take over is very difficult, with humps and bumps that force us to slow down otherwise our truck bounces for several hundred metres. But the most frustrating thing is the new smooth and wide road that is just along ours. It is not open yet because some parts are not finished yet, “no more money” explains our guide.  What a joke!

In Mary we go the bazar to buy food and admire women wearing long colourful dresses with matched headscarves. We visit Merv, the only remains of the Silk Road in Turkmenistan. On that location, 4 fortresses were built at different times between the 5th century BC and the 10th century AD, but unfortunately after the last fortress was attacked and destroyed by Gengis Khan during the 13th century only few hips of earth regularly dispatched remain. We also visit Mahomet’s cousins’ mausoleums, who brought Islam in the area. Many Muslim pilgrims come to pray, especially large group of women who see in pilgrimage the opportunity to have fun with their friends. Like them, we lift the heavy stone with a handle that takes yours sins away, the physical effort you have to provide is supposed to clean your soul. Turkmens are very superstitious! We pass by herds of camels raised by few nomad families that still live in the desert. After a dinner prepared by our guide with kebabs and eggplants cooked on a wood fire, we spend a night in the desert.

50km before reaching Ashgabat, our road is suddenly turned into a bran new highway with 3 lanes on each side and only little traffic. In Ashgabat we meet our new guide who will lead us during the second part of our journey in Turkmenistan. He speaks French, is educated, visited several countries of ex-USSR and France as well. He learnt French while he was working as an electrician for a French company of civil engineering called Bouygues. We visit the capital city with its numerous administrative buildings each one as big as Versailles and all covered with white marble, its nice English style loans with huge fountains, its golden statues of the first president (the country is currently ruled by the second president) and even a monument to celebrate the book he wrote… we could think we were in Disney land.

While Agnes and the kids enjoy the pool, Benoit visit his colleagues on the worksite of the government palace. This building is the first one Vinci (the company Benoit works for) managed to obtain in Ashgabat where Bouygues had the monopole since 20 years. The government palace is of course covered with white marble and, after the president visited the worksite, the French engineers had to figure out how they could add a fake storey at the top of the building because “it looks too small compare to the surrounding buildings”.

We take the road to Turkmenbashy, the Turkmen harbour on the Caspian Sea. Bad luck for us, when we arrive there the harbour is closed. As the president will come the following day, all activity is suspended for 2 days and the car park, where trucks wait for ferryboats, has to be cleared. Waiting at least 2 days in this city does not rejoice us, here temperatures reach 40°C at mid-day and there is nothing cultural to do.

Benoit and our guide have to walk down the hill then follow to train track to get on the wharf. They manage to reach the office of the maritime company and ask when the next boat to Azerbaijan is. What a surprise… nobody knows and we have to wait on the car park of our hotel that has pool.  In the evening our guide informs us that things are moving on the wharf and a boat might leave tonight. Within 5 minutes our truck is packed and on the way to the harbour. The police officer at the gate refuses to let us through because the pavement on the road and the car park is new and fresh (last minute embellishments for the president). Never mind, we find another entrance to reach the wharf and the custom.

After several hours the custom officers understand that we have no intension to leave the car park and we really want to get on the next boat for Azerbaijan. Having an Australian campervan on the car park during the visit of the president is just not possible; they have to find a solution. We finally get on an Azeri boat in the middle of the night and have to wake up the children at 1:00am to pass the custom and exit Turkmenistan, hurray! We spend 2 days on board waiting for a train to be loaded next to our truck. Fortunately, the ship crew takes care of us: we get 2 cabins, hot dinners and even the authorisation to use the washing machine. The day following the inauguration of the first stone of the harbour extension, a train carrying iron ore arrives and is loaded on our boat. We leave Turkmenistan for good and take the way to Baku in Azerbaijan.

 

Turkmenistan
Album : Turkmenistan

21 images
Voir l'album

 

drapeau-francais dans Asie Centrale  Pour visiter le Turkménistan il y a 2 possibilités : prendre un Visa de transit de 5 jours mais gare à vous si vous n’êtes pas sortis à temps ou prendre un Visa touristique par le biais d’une agence qui vous fournit un guide. Nous avons choisi la deuxième solution, certes plus chère,et bien nous en a pris. Notre guide nous attend à la douane pour faire les formalités à notre place. Il court de bureau en bureau pendant une heure puis nous annonce qu’il ne nous manque plus qu’un tampon à obtenir avant de partir mais que c’est malheureusement la pause de midi et que tout est fermé pendant une heure. A 14h nous sortons victorieux de la douane et notre guide nous demande si nous avons assez de place dans notre véhicule pour lui et son fils de 9 ans car sa femme est absente.

Sur la route qui mène à Mary des policiers nous arrêtent tous les 30 kilomètres. Pour nous extorquer de l’argent ils sont très créatifs et nous reprochent tantôt d’avoir les phares allumés alors que la nuit n’est pas complètement tombée, tantôt d’avoir des vitres teintées (comme tout le monde et plus particulièrement comme le flic en question), d’avoir un enfant de moins de 12 ans assis devant, ou bien d’être en excès de vitesse dans une zone sans limitation… Notre guide, sourire aux lèvres, nous apprend que « les touristes sont intouchables c’est le président l’a dit » et que ce policier est un jeune inexpérimenté et celui-ci un vieux mal léché mais qu’ils font leur travail. Notre guide aime son pays (c’est bien mieux ici qu’en Ouzbékistan, vous ne trouvez pas ?) et plaide notre défense avec beaucoup de chat et d’ardeur. Après une dizaine de contrôles notre guide perd un peu de sa chat et de sa candeur mais lui devons de n’avoir encore payé aucun bakchich. Il nous raconte que pour devenir policier il faut payer une somme de 25000 dollars en liquide pour arroser la hiérarchie mais que ce n’est pas grave car en 6 mois de service le jeune policier sera rentré dans ses frais. Nous comprenons aussi que les camions de marchandises sont les cibles, les camionneurs roulent avec en poche une liasse de billets de $5 et donne à chaque barrage de police un billet sans même écouter ce qui leur est reproché. Et malheureusement pour nous, notre véhicule est un camion.Nous apprenons au cours des conversations que l’essence est subventionnée par l’état et que chaque Turkmène reçoit un bon de 100 litres d’essence gratuite par mois, de même pour les logements : notre guide pays $4 par an de loyer !

La route principale que nous empruntons est dans un état calamiteux avec des ornières si profondes dans le bitume qu’il est difficile d’en sortit pour doubler et des bosses qui nous obligent à ralentir si l’on ne veut pas avoir la sensation de rebondir sur plusieurs centaines de mètres. Le plus frustrant, c’est que juste à côté il y a une belle route toute plate qui n’est pas utilisée parce que certains tronçons ne sont pas finis, par manque d’argent nous dit notre guide.  Tu parles !

Nous passons au bazar de Mary pour y faire quelques courses et admirons toutes les femmes en longue robe colorée avec foulard assorti sur la tête. Nous visitons Merv, le seul vestige de la route de la soie qui se trouve au Turkménistan. Sur ce lieu 4 forteresses se sont succédédu 5e siècle BC au 10e siècle AD, mais dont il ne reste que quelques monticules à cause du pillage en règle par Gengis Khan au 13e siècle. On peut aussi y voir les mausolées des cousins de Mahomet qui ont apporté l’islam jusque dans cette région. Beaucoup de musulmans viennent en pèlerinage ici, surtout des groupes de femmes qui prennent ce prétexte pour se faire une sortie entre filles. Comme elles, nous avons soulevé une grosse pierre avec poignée qui chasse les péchés par l’effort qu’il faut fournir pour la soulever. Les Turkmens sont assez superstitieux ! Nous croisons des troupeaux de dromadaires élevés par les quelques familles nomades qu’il reste encore dans les déserts du Turkménistan.Nous dormons une nuit dans le désert après un dîner préparé par notre guide de brochettes cuites au feu de bois et d’aubergines cuites dans les braises.

50km avant Achgabat, notre route se change brutalement en une autoroute, 2 fois 3 voies, flambant neuve et peu occupée. Arrivé dans la capitale nous faisons connaissance avec notre nouveau guide pour la deuxième partie de notre traversée. Celui-ci est francophone, cultivé et a voyagé dans les pays de l’ex URSS et même en France. Il a appris le français en travaillant comme électricien sur les chantiers de Bouygues. Nous visitons Achgabat avec ses bâtiments administratifs plus grands que Versailles et entièrement plaqués de marbre blanc, ses pelouses de gazon anglais avec fontaines monumentales et statues dorées du premier président (c’est actuellement le deuxième qui est aux commandes), il y a même un monument à la gloire du livre qu’il a écrit… on pourrait se croire à Disney land.

Pendant qu’Agnès et les enfants profitent de la piscine, Benoît rend visite aux collègues de Vinci qui construisent le palais du gouvernement. C’est le premier chantier que Vinci arrache à Bouygues qui détenait le monopole depuis une vingtaine d’années. Le bâtiment est bien sûr en marbre blanc et, suite à la visite du chantier par le président il a fallu lui ajouter un dernier étage fictif car il ne paraissait pas assez imposant comparé aux bâtiments alentours.

Nous prenons ensuite la direction de Turkmenbachy, le port sur la mer Caspienne. Lorsque nous y arrivons la zone portuaire est fermée. Comme le président vient demain poserla première pierre du chantier d’extension du port, toute activité doit cesser pendant 2 jours et le parking descamions en attente doit être évacué. La perspective de passer au moins 2 jours dans la fournaise de cette ville où il n’y a rien à faire ne nous enchante pas.

En passant à pied par les voies ferrées Benoît et notre guide parviennent sur le port pour demander aux bureaux de la compagnie maritime quand part le prochain bateau. Evidemment personne ne sait et nous devons attendre… après-midi passée au bord de la piscine de l’hôtel dont nous occupons le parking.  Dans la soirée, notre guide qui est retourné au nouvelles sur le port nous rend visite et nous annonce qu’il y a du mouvement sur les quais : un bateau va peut-être partir ce soir pour l’Azerbaïdjan. Branlebas de combat, en 5 minutes notre camion est plié et part pour le port. Le policier à l’entrée du port nous refuse l’entrée car l’enrobé (embellissement de dernière minute pour le président) est tout frais sur la route et le parking. Peu importe, nous prenons une autre entrée pour atteindre la douane et le comptoir du ferry.

Après plusieurs heures d’attente, les douaniers comprennent que nous ne voulons pas rater le prochain bateau et sommes prêts à faire le siège sur le parking.  Cela ferait tâche pendant la visite du président, alors ils trouvent une solution : nous faire monter à bord d’un bateau et attendre hors douane (les bateaux sont tous sous pavillon Azéri).  Nous devons réveiller les enfants à 1h du matin pour faire les formalités douanièreset sortir du Turkménistan, mais c’est une belle victoire ! Nous resterons 2 jours à quai, dans la cale du bateau, à attendre le prochain train à charger.  Heureusement l’équipage prend soin de nous : on nous offre les diners, deux cabines et nous propose même de faire une lessive. Le lendemain de l’inauguration, un train de minerais arrive et est chargé au côté de Serko (qui n’aurait pas pu entrer après le train) et nous appareillons pour Baku en Azerbaïdjan.


Archives pour la catégorie Asie Centrale

Ouzbékistan / Uzbekistan

Ouzbékistan / Uzbekistan dans Album photo drapeau-grande-bretagne After a long, 8 hours, and painful, $400 for a pretended “car insurance”, we finally manage to cross the border and get into Uzbekistan. The first landscape we drive through is endless cotton fields. During the soviet era cotton plantation was highly developed by irrigation of dry lands. Hundreds kilometres of channel were built to bring water from the Amu-Daria river (pumping water in the Aral Sea that is disappearing). Manual harvesting of cotton is done once a year by Uzbek citizen; it is a mandatory duty. Excluding people living in Tashkent, the capital city, every citizen is due to this unpaid labour.

We cross the dry and rocky Chatkal Mountains through Kamchik pass (2200m), what a shock after driving through the green and fertile Fergana Valley. We spend a few days in Tashkent, just enough time to obtain a Visa for Azerbaijan, to meet Kristina our charming tourist agent, to see the bazar, the mosque, the medressa (Muslim college, ancestor of our university), the Art Museum and to spend an afternoon in an aquatic centre because our tolerance to 40°C is worn out. We also meet Anifa, the grosser’s wife who lives across the road from our hotel, she is a French teacher.

In Uzbekistan tourists are not allowed to camp wherever they want. We have to be registered every night in a hotel and pay $10-15 per adult to park our truck on the hotel car park. Then the hotel gives you a tiny slip of paper, proof of your registration, which you should not loose lest you have to pay a fine (another word for bakchich) at the exit border.

Police patrols are numerous in cities as well as on the roads. We luckily never get into trouble with them.

Still on the Silk Road, we leave Tashkent to go to the legendary Samarkand. Before leaving the capital city we have to fill up our petrol tanks because, for political reasons that are not crystal clear, finding petrol in Southern Uzbekistan is a problem. On the road 80% of the petrol stations are closed, the others sell petrol at European price and don’t have any diesel. Beside this, dozens of bran new petrol stations are under construction!?!

In Samarkand we discover the Registan, a square with 3 massive Medressas built at different times. We visit their shady court yards, their students’ bedroom and their class rooms. We get our load of magnificent blue ceramic. But what we prefer is Shan-I-Zinda, the Mausoleums Avenue. This dozen of royal tombs are known as “the most beautiful ceramics in the Muslim world“. Our disappointment goes for the old city that was bulldozed and rebuilt with a large clean street and lots of big souvenir shops for tourists. This area is regularly shaken by earthquakes and all these monuments were left as ruins for decades. When Russians came, they restored the Registan and the Bibi Khan Mosque adding few blue domes that did not exist on the original monuments and historians still blame them for this.

At the end we fell in love with Bukhara, smaller than Samarkand, that still has its old town with little streets for nice and relaxing walks. Bukhara has a fortress, beautiful mosques (all covered with blue ceramics of course), bazars with brick domes, its medressa, and an impressive minaret all made of bricks, 47m high built in the 10th century. One of Central Asia marvels that has not been destroyed by Gengis Khan. In a carpet shop we also spent a long time looking at ladies weaving big rugs with traditional patterns.

The exit from Uzbekıstan was another pain. A very zealous lady border offıcer wanted to establish a link between us and the two Italian tourists who were just before us in the line, then she didn’t understand why French people travelled in an Australian truck, plus 10 minutes per passport to be registered at the exit border and a few phone calls to ask for help because of the network bugs… 2 hours in total. Uzbekistan is a beautiful country… without its border agents!

 

Ouzbekistan
Album : Ouzbekistan

38 images
Voir l'album
 

 

drapeau-francais dans Asie Centrale Après un passage de frontière laborieux (8h d’attente et $400 soit disant pour l’assurance de notre camion) nous traversons des champs de coton à perte de vue. La culture extensive du coton sur des sols pauvres a été développée à l’époque soviétique et rendue possible grâce aux canaux d’irrigation pompant l’eau de l’Amou-Daria (d’où l’assèchement partiel de la Mer d’Aral). La récolte manuelle est effectuée en réquisitionnant tous les citoyens Ouzbeks à titre gratuit, seuls les habitants de Tachkent la capitale ne sont pas soumis à cette obligation. Nous traversons les montagnes arides de Chatkal par le col de Kamchik(2200m), un vrai choc en sortant de la verte vallée de Fergana. Nous passons quelques jours à Tachkent le temps d’obtenir un Visa pour l’Azerbaïdjan, de rencontrer Kristina notre charmante intermédiaire de l’agence de tourisme Uzbek, de visiter bazar, mosquée, medressa(collège musulman, ancêtre de nos universités) et musée d’art sans oublier un après-midi au centre aquatique. Nous avons aussi la chance de rencontrer Aniffa, la femme du marchand de fruits et légumes en face de l’hôtel, qui est professeur de français.

En Ouzbékistan nous ne sommes pas libre de dormir où nous le voulons et devons chaque soir être enregistré auprès d’un hôtel où pour $ 10-15 par adulte nous occupons une place sur leur parking. L’hôtel nous donne un petit coupon qu’il ne faut surtout pas perdre, au grand damne du douanier à la sortie qui devra trouver une autre excuse pour nous faire payer un bakchich.

La police, très présente sur les routes et dans les villes, nous laisse en paix : mis à part un contrôle de passeport sur la route de la capitale, aucun « billet » ne nous a été réclamé.

Nous quittons Tachkent, où nous avons dû supporter des températures entre 35 et 40°C, direction Samarkand toujours sur les traces de la route de soie. En route, nous n’oublions pas de faire le plein de diesel, car pour des raisons politiques pas très claires l’approvisionnement en pétrole de l’ouest du pays est quasi nul. 80% des pompes à essence sont fermées et à l’abandon, les autres affichent des prix dignes de l’Europe et n’ont pas diesel (le marché noir doit y aller bon train) et à côté des dizaines de nouvelles pompes sont en construction !?!

A Samarkand nous découvrons le Registan, une place carrée bordée de trois imposantes Medressa construites à différentes périodes. Nous y visitons leurs cours bordées d’arcades, les cellules des étudiants et les salles de conférence. Nous nous mettons de la céramique bleue plein les mirettes. Ce que nous avons préféré est Shan-I-Zinda, l’avenue des Mausolées. C’estun ensemble d’une dizaine de tombes royales avec des céramiques « les plus richement décorées du monde musulman ». Seul regret, la veille ville a été rasée et remplacée par un quartier bien propre aux nombreuses boutiques touristiques. Cette région étant régulièrement secouée par les tremblements de terre, tout est resté en ruine durant une longue période avant que les Russes ne restaurent le Registan et la mosquée Bibi Khan en y ajoutant quelques coupoles bleues que les historiens leur reprochent.

Et enfin nous sommes tombés sous le charme de Bukara qui, plus à échelle humaine comparée à Samarkand, permet d’agréables promenades pour en faire le tour. Elle possède un fort, des mosquées (recouvertes de céramiques bleues bien sûr), des bazars couverts à coupoles,sa medressa, sa vieille ville ainsi qu’un impressionnant minaret de 47m construit au Xème siècle tout en briques. Une des merveilles d’Asie Centrale, épargnée par Gengis Khan.Nous restons à observer des dames assises à un métier à tisser qui fabriquent des tapis. Nous restons à observer des dames assises à un métier à tisser qui fabriquent des tapis.

La douane de sortie fut encore un vrai cirque qui nous a pris 2 heures.La douanière très insidieuse  voulait trouver un lien entre nous et les deux touristes italiens qui nous précédaient, puis ne comprenait pas que nous soyons français avec un véhicule australien sans compter les 10 minutes par passeport pour saisir informatiquement la sortie d’Ouzbékistan de chacun d’entre nous et les coups de téléphone pour régler les problèmes d’utilisation du logiciel…  Bref, l’Ouzbékistan c’est merveilleux, mais sans ses douaniers !

 

Kyrgyzstan

Kyrgyzstan dans Album photo drapeau-grande-bretagne After the mechanical ordeals in China, and following the quick drive through hot Xinjiang on the Silk Road, we are quite impatient to enter into Central Asia.  Adel, a new Uygur guide, escorts us from Kashgar to the Torugart pass, through the Chinese emigration process which takes more than two hours.  Then, we climb the long valley to the pass, cross another couple of check points, and finally reach the border proper, at 3752m altitude. 

Everything changes instantly after the border: we are no longer constrained by any guide; the dry landscape becomes green pastures covered with horses; and best surprise: the border crossing into Kyrgyzstan is completed in 5 minutes, with a mere passport check and compliments on our truck! At once, we fall in love with this country, and Benoit is over the moon after crossing the mythical Torugart Pass between Far East and Central Asia.  We slowly drive another 100km before stopping in a quiet place, in the middle of the fields with gorgeous snow covered mountains surrounding us.

Our first goal in Kyrgyzstan is to get the Uzbek visa.  After a visit of the ruins of a 9th Century fortress, we drive to the capital Bishkek.  Kyrgyzstan is a much smaller country than China, and Bishkek is only 350km away, but even the main roads are quite ordinary, so this takes a day and a half.  Let us mention that the police is very present along the road, and we get pulled over twice: the first time because our headlight is not turned on (this is supposedly mandatory but less than half of the drivers actually do), and the second time because we were driving at 75km/h on a highway, but due to road works the speed limit was 60km/h (we saw the signpost one week later, while driving on the same road again).  We end up with 300 and 500 SOM fines (respectively 6 and 10 USD in cash without any receipt!) and will be much more careful in the future.

Getting a visa at the Uzbek Consulate is like an obstacle race: make an appointment by phone the day before, come at 10o’clock for the name call when you receive an number, wait up to 3 hours for your number, give all your documents, wait 3 to 5 business days for processing, make another appointment to collect the passports… As we had no phone coverage in Kyrgyzstan, we did none of this; Benoit waited outside the consulate to take his chance after all the people in the line were done.  The receptionist was very unfriendly and did not want to open the door, but Benoit insisted: “I would like to check my Letter of Invitation (LOI)”.  This LOI was nearly like saying Sesame: I got in, the Consul took the letter, checked it and came back 3 minutes later saying that it was approved and I could get my visa at 4pm this afternoon!  Great!  This was well worth the time and money spent on the LOI.  And now, let us enjoy some real holiday in Kyrgyzstan.

Firstly a couple of days in the Ala Arca valley, just outside Bishkek, in an alpine valley surrounded by summits up to 4900m.  A good place for a day-hike with the children, and enjoy some cooler weather.  We actually had to turn on the heater in the camper in the morning. 

Then, we track back to Lake Yssyk Kцl, a massive alpine lake (second largest in the world after Lake Titicaca in Bolivia) where Russians, Kazakhs and Kyrgyz come for holiday.  We drive around the lake and camp twice on the shore, to swim in the clear turquoise water, and once in the Zety Oguz valley in a beautiful pastoral landscape, in the middle of yurts and live stock.

At the Eastern end of the lake, near the frontier city of Karakol, Benoit was keen to drive to the Enil’Cek glacier to see the Han Tengri, one of the most beautiful mountains in the world at 6995m on the Kazakh – Kyrgyz – Chinese border point.  To get there, we drove up a nice alpine valley, until the pastures gave way to dry mineral landscape at the Cou Asuu Pass, at 3822m. The environment was too hostile, and the track a bit ordinary to safely drive another 50km to Enil’Cek so we U-turned at the pass, after another small hike with the children. 

Finally, after driving back to Bishkek, we cross once more the Tian Shan range to reach the Uzbek border at Uch Kurg’on, near Namangan.  The highway is excellent, as it is a strategic road to link Bishkek to Osh, the second largest city of Kyrgyzstan.  This is also a masterpiece of Russian engineering, climbing a pass at 3586m (actually 3000m thanks to a 2600m scary narrow tunnel) and following the Naryn river hydro-electric scheme (5 dams including a huge one).  A rocky gorge up the pass gives way to wide open pastures with yurts, then dry country again around the reservoirs.  We are very happy to end this long drive, by a very hot day, in a nice spot along the river where locals come to picnic and swim.  This is like a revival, and a great conclusion of our stay in this great country.

On August 1st, we cross the border to Uzbekistan.  Once we have found the border post near Samaldy Saj, exiting Kyrgyzstan is quick and easy.  Different story on the Uzbek side: after finishing their morning tea, the custom officers are slow to register our passports on the computer; there is a power outage for 2 hours; we need to pay $400 mandatory truck insurance for one month; and last but not least, they struggle with French citizens having an address in Sydney and owning an Australian registered vehicle.  Combine all this with language complication, as they do not speak English and we do not speak Russian, and we have to wait at the border for more than 8 hours, by 35°C.  We were nearly desperate at 6pm when the officers called their director from another office, who fixed everything in 30 minutes.  Welcome in police state Uzbekistan!

 

Kyrgyzstan
Album : Kyrgyzstan

48 images
Voir l'album

 

drapeau-francais dans Asie Centrale Apres les problemes mecaniques en Chine, et un rapide parcours de la Route de la Soie а travers le Xinjiang caniculaire, nous sommes impatients d’entrer en Asie Centrale.  Adel, un nouveau guide Uygour, nous escorte de Kashgar au col de Torugart, et nous aide а travers le processus d’emigration chinois, qui prend plus de deux heures.  Ensuite, nous montons la vallee menant au col, passons encore quelques controles de police et atteignons finalement la frontiere proprement dite, а 3752m d’altitude.

De l’autre cote de frontiere, changement  instantane: nous ne sommes plus encadres par un guide; le paysage sec laisse la place а de verts pвturages couverts de chevaux; et la meilleure surprise: le passage de la frontiere kyrgyze ne dure que 5 minutes, un simple controle des passeports et des compliments sur  notre camion! Nous tombons amoureux de ce pays, et Benoit est aux anges d’avoir passe le mythique col de Torugart entre l’Extrкme Orient et l’Asie Centrale, presque l’Occident du fait de l’influence Russe.  Nous progressons lentement de 100km encore avant de bivouaquer dans un endroit calme, au milieu des champs avec de superbes monts enneiges а l’horizon.

Notre premier objectif au Kyrgyzstan est d’obtenir nos visas Uzbeks.  Apres la visite des ruines d’une citadelle du 9e siecle, nous faisons route vers Bichkek.  Le Kyrgyzstan est un pays bien plus petit que la Chine, et Bichkek n’est qu’а 350km, mais mкme les routes principales sont mediocres, et il nous faut plus d’un jour de route.  Mentionnons que la police est tres presente le long de la route, et nous sommes arrкtes deux fois: la premiere car nos phares ne sont pas allumes (c’est soit disant obligatoire mais moins de la moitie des voitures le font), et la second parce que nous roulions а 75km/h sur une autoroute ou la limite etait de 60km/h pour cause de travaux (nous avons effectivement vu le panneau une semaine plus tard, en empruntant la mкme route а nouveau).  Nous nous en tirons avec 300 et 500 SOM d’amendes (respectivement 6 et 10 USD en liquide, sans aucun reзu!) et serons beaucoup plus attentifs а l’avenir.

Obtenir un visa au Consulat Uzbek est une course d’obstacles: prendre rendez-vous la veille par telephone, venir а 10h pour l’appel des noms et recevoir un numero, attendre plusieurs heures que son numero soit appele, fournir tous ses documents, attendre de 3 а 5 jours ouvrables, reprendre un rendez-vous pour retirer les passeports… Comme nous n’avions pas de reseau GSM au Kyrgyzstan, nous n’avions rien fait de tout cela; Benoit attendit devant le consulat pour tenter sa chance apres que tous les gens de la queue ont fini.  La receptionniste etait tres peu aimable, et ne voulait pas m’ouvrir la porte, mais Benoit insista: “Je voudrais juste verifier ma lettre d’invitation (LOI)”.  Cette LOI, pas obligatoire, etait comme un Sesame: on m’a laisse entrer, le consul me prit la lettre pour la verifier et revint 3 minutes plus tard en confirmant qu’elle etait bien approuvee, et que nous aurions nos visa а 16h cette apres-midi ! Fantastique ! Cela valait le temps et l’argent passes sur cette LOI.  Et maintenant, profitons de vraies vacances au Kyrgyzstan.

D’abord deux jours dans le canyon de Ala Arca, tout pres de Bichkek, une vallee alpine entouree de sommets jusqu’а 4900m.  Un tres beau site pour une journee de balade avec les enfants, et se rafraichir en altitude.  Nous avons  dы allumer le chauffage dans le camping-car le matin.

Puis nous faisons route en arriere, vers le lac Yssyk Kцl, un immense lac alpin (deuxieme plus grand du monde derriere le lac Titicaca en Bolivie) ou les Russes, les Kazakhs et le Kyrgyzes viennent prendre leur vacances.  Nous faisons le tour du lac et campons deux fois au bord pour nous baigner dans son eau tres claire.  Nous bivouaquons aussi dans la vallee de Zety Oguz, un paysage pastoral au milieu des yourtes et du betail.

A l’extremite est du lac, vers la ville de Karakol, Benoit voulait voir le glacier de Enil’Cek et le mont Han Tengri – l’un des plus jolis du monde style Cervin а 6995m d’altitude  sur le point frontiere triple Kazakh – Kyrgyz – Chinois.  Pour y aller, nous remontons une jolie vallee alpine jusqu’а ce que les pвturages laissent la place а un paysage sec et mineral, au col de Cou Asuu а 3822m. Nous avons juge cet environnement trop hostile, et la piste trop mauvaise pour la suivre encore 50km jusqu’а Enil’Cek en securite et nous avons donc fait demi-tour au col, apres une autre balade avec les enfants.

Finalement, apres un retour а Bichkek, nous franchissons а nouveau la chaine du Tian Shan vers le sud pour rejoindre la frontiere ouzbek  а Uch Kurg’on, pres de Namangan.  La route est excellente, comme il s’agit d’un lien strategique entre Bichkek et Osh, la seconde ville du Kyrgyzstan plutot tournee vers l’Ouzbekistan.  C’est aussi une prouesse d’ingenierie russe, avec un col а 3586m (en fait seulement 3000m grвce а un tunnel sombre et etroit de 2600m) puis la descente de la vallee de la Naryn et son schema hydro-electrique (5 barrages dont un tres grand).  A la gorge rocheuse montant au col  succedent de vastes pвturages avec yourtes, puis le paysage s’asseche а nouveau le long des lacs de retenue.  Nous sommes combles car cette longue et chaude journee de route, s’acheve dans un joli endroit de bivouac, le long de la riviere ou les locaux viennent piqueniquer et se baigner.  Nous revivons.  Jusqu’au, le Kyrgyzstan ne nous aura pas deзus.

Le 1er aoыt, nous passons vers l’Ouzbekistan.  Apres avoir trouve le poste frontiere, pres de Samaldy Saj, sortir du Kyrgyzstan est simple et rapide.  C’est une autre histoire cote Ouzbek: une fois leur repas termine, les douaniers sont tres lents а enregistrer nos passeports sur un serveur; une panne d’electricite ajoute 2 heures d’attente; puis on nous indique qu’une assurance obligatoire de $400 est necessaire pour traverser le pays avec notre camion; et surtout, ils ont un probleme avec un camion immatricule en Australie, conduit par des citoyens Franзais habitant а Sydney.  Ajoutez lа-dessus la difficulte de communication, comme ils ne parlent pas Anglais et nous pas Russe, et nous avons dы attendre plus de huit heures par 35°C au poste frontiere.  Imaginez le cauchemar si nous n’avions pas eu notre maison avec nous, avec eau, nourriture et tous les jouets et jeux electroniques des enfants ! Nous commencions а desesperer а 18h quand les douaniers on fait venir d’un autre bureau leur directeur, qui a tout regle en 30 minutes.  Bienvenue dans l’Etat policier Ouzbek!

 

Paroles d’enfants :

Margot et l’humour

Benoit tire l’oreiller de Margot qui lui dit : « Attention si tu tires, ma gourde va tomber ! »… et c’est exactement ce qu’il arriva. Alors Margot tres fiere regarde son pere en disant « Tu vois je peux dire l’avenir ».

Benoit taquine Eve qui lui lance « Si tu fais зa tu vas le payer cher » et Margot poursuit « Je prends le liquide, les cheques ou les cartes bancaires comme зa t’arrange ».

Nous en avions assez de repondre а la question « Combien coыte votre camion ? » et cherchions une reponse pour les econduire poliment. C’est Eve qui a trouve la parade ideale « Desole, il n’est pas а vendre !

 

Manonmayotte |
Doenamriquelatine |
Daviswilson4 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Claireetxaviereninde
| Flyinguniverse2
| Vol avec james