Chine – China: Yunnan

China: Yunnan

At once, we understand that China is very different from all the countries that we just crossed: the Mohan custom is as large and luxurious as an airport hall, but desert as hardly anyone uses this route to enter into China.

We meet Tony, our guide from the Greatway – Tibet Tour agency, who will stay with us until Tibet.  For several months, the agency has already prepared several applications for truck insurance, for temporary license plates, etc. and made the guaranty deposit for temporary import of vehicle.  They also applied to Chinese authorities for travel permits with a detailed description of our itinerary over 33 days.  Agnès had also obtained the Chinese visa in Sydney in January, so we expected to do nothing, apart from filling the usual immigration entry cards.  Tony takes care of the rest, which still takes 2 hours in Mohan, after which we drive 40km to Mengla where we wait during the full afternoon at the Traffic Police for insurance formalities. 

We spend our first night in China at Mengla Traffic Police carpark, among accident wrecks! Benoit is really disappointed, as we cannot find any ATM accepting our international VISA in Mengla, hence have to dine our food reserves: pasta and tomato sauce! The next day, Agnes and Benoit pass a medical check in brand new local government offices, to grand us our Chinese driving license.  Finally, Serko goes through a braking test and weighing.  Two hours later, spent schooling the girls, Tony arrives at last with all our paperwork: at 11am on 14 June, we now can travel through China!

After 50km on a mountain highway, we finalise the itinerary with Tony during lunch.  Our initial intent was to cross Yunnan, a mountainous and touristic province of South China, to reach Tibet with the shortest route.  Unfortunately, due to political unrest in Tibet last year, the Yunnan – Tibet highway is closed to foreigners.  Hence, we have to enter Tibet from the North, ie a 1700km detour to the initial itinerary.  The agency has tried to squeeze this into the initial timeframe, yielding a very heavy programme with a few long stages that we try to improve as we can.

The must-see highlight in Yunnan is Yuanyang and its spectacular rice terraces. We cannot miss it, but this requires 400km of « mountain road », as the highway would make too long a detour.  This shows us the extreme contrasts between narrow serpentine old roads (20km/h), average roads as serpentine but wider with more trucks hence completely broken (15 to 25km/h), and the modern express roads / highways (60km/h), built with impressive tunnels, viaducts and retaining walls (Benoit is flabbergast by these huge engineering achievements in a little populated area.)  The size of the mountains and the scale of the landscapes is breathtaking: 30km climbs to reach more than 2000m altitude, then downhill into gorges, or through villages perched on the crests and growing into towns with 15 storey buildings cantilevering over slopes, and rubber tree, maize, tea plantations on any available space, irrespective of incline.  We are not in Yuanyang yet but landscapes are fabulous.  No doubt many generations of Chinese farmers have worked hard to reach this.  The traditional costume worn by local « minority » women are great too. 

On the downside, we spend long hours at the wheel, and our children have very little play time at Jiangcheng and Yuanyang stops.  We also meet a group of French overland travellers, 4 couples each in a 4WD motorhome, escorted by a guide from the same agency as us.  They left France in March for 8 months and will spend 3 months in China.  Their feedback about Central Asia reassures Agnes for the upcoming journey.

Yuanyang rice terraces are beautiful, although not at their best in spring when rice has already grown and one cannot see the water reflection.  This is now turned into an organised touristic destination for the numerous Chinese tourists.  Then we resume our journey North-bond, with another vertiginous crossing over a lake, to reach the historical town Jianshui.  We immediately fall in love with this town whose streets show many Ming dynasty style facades (original or rebuilt!)  We are lucky to find a car park next to the central square, where we can see group dancing at night and taichi or badminton in the morning.

Not much time to spare, but we still visit a lovely 500 year old Confucius temple, before resuming our North-bond journey to Shilin.  There, we visit the « Stone Forest », an organised theme park around a karst.  Our kids enjoy this natural wonderland, labyrinth and staircases among vertical grey limestone pillars.  The Stone Forest is apparently the first touristic destination in Yunnan, and it is indeed organised like a factory, with a capacity of at least 1000 busses per day! Thank god we did not come there during the high season.

Finally, we complete our crossing of Yunnan with a very long 600km stage.  On the map, this is a highway all along, but we cross a pass at 2627m where the road is only 2×1 lanes near Huize, and after Xhaotong, the road is very bad and Agnes struggles to pass the slow trucks.  After driving downhill for 60km, we finally reach a proper highway built quasi all along on viaducts at the bottom of a narrow valley.  As the night comes, we decide to call it a day and take the Yanjin exit.  We arrive at night, under a lightning storm in this town squeezed at the bottom of the valley.  Narrow road overlooking the river on one side, and wide trucks coming in front are not a nice feeling for the driver.  This place is horrible, but Tony manages to get us a decent spot to park overnight, in the bus depot.  This 530km stage has also exhausted our children, however Agnes manages everyone perfectly through dinner and to bed.  Tomorrow is another day, and we will leave Yunnan to enter Sichuan. 

Conclusion of this first week in China: without a guide working as a translator and knowing how to use his detailed GPS, our journey through China would be very difficult, notably due to the language and the alphabet totally… Chinese as we say in French for something completely unintelligible!  The Yunnan province is superb, but we under estimated its steep mountainous aspect.  The poor quality of some of the roads grew some concern about Tibet, but our guide is reassuring: Tibet is a plateau, with better roads albeit at higher altitude.  Finally, China is a huge country, and to cross it will require nearly 9000km of long hours at the wheel.

 

Chine - Yunnan
Album : Chine - Yunnan

43 images
Voir l'album

Chine: Yunnan

Dès les premières minutes, nous comprenons que la Chine n’a rien à voir avec tous les pays que nous venons de parcourir: la douane de Mohan a la taille et l’aspect luxueux d’un hall d’aéroport, désert puisque presque personne n’emprunte cette route pour entrer en Chine.

Nous y rencontrons Tony, notre guide de l’agence Greatway – Tibet Tour, qui nous accompagnera jusqu’au Tibet.  L’agence a déjà préparé depuis plusieurs mois les demandes d’assurance pour le véhicule, de plaque d’immatriculation temporaire, et organisé le dépôt de garantie pour l’importation temporaire du camion, ainsi que la déclaration de notre itinéraire de 33 jours, ville par ville, aux autorités chinoises.  Agnès avait déjà effectué demandes de visa en janvier à Sydney, si bien que, mis à part remplir les habituelles cartes d’entrée pour l’immigration et présenter nos passeports, nous n’avons rien à faire, et Tony s’occupe du reste.  Cela prend tout de même 2 heures à Mohan, puis nous roulons 40km jusqu’à Mengla où nous attendons l’après-midi à la Traffic Police, pour les formalités d’assurance et de vignette.  C’est dans ce parking que nous passons notre première nuit en Chine, au milieu des véhicules accidentés ! Et Benoit est très déçu car nous ne trouvons aucun distributeur de billets acceptant nos cartes étrangères, et devons donc nous contenter du diner nouilles – sauce tomate habituel ! Le lendemain, visite médicale pour Agnès et Benoit dans les bureaux flambant neufs du gouvernement local, afin de nous accorder nos permis de conduire temporaires chinois, puis test de freinage pour Serko sur piste avec capteurs de poids.  Deux heures plus tard, passées à faire l’école aux filles, Tony arrive enfin avec nos permis de conduire et notre plaque d’immatriculation.  Ca y est, il est 11h le 14 juin et nous pouvons voyager en Chine !

Nous empruntons sur 50km une autoroute de montagne, et après déjeuner, affinons les détails d’itinéraire avec Tony.  Notre intention était de traverser le Yunnan, province montagneuse et touristique du Sud de la Chine, pour gagner le Tibet par le plus court chemin.  Hélas, suite aux manifestations de moines tibétains l’an dernier, la route Yunnan – Tibet est interdite aux étrangers.  Il nous faut donc entrer par le Nord, en faisant un détour de 1700km sur l’itinéraire initial.  L’agence nous a proposé un programme très chargé, avec certaines étapes trop longues que nous essayons d’améliorer à la marge.

La destination entre toutes à ne pas manquer au Yunnan est Yuanyang et ses rizières en terrasse.  Pas question de les rater, mais cela implique environ 400km de « route de montagne ».  Nous découvrons à cette occasion les contrastes extrêmes entre les vieilles routes, étroites et sinueuses, les routes moyennes tout aussi sinueuses, plus larges mais empruntées par beaucoup de camions donc défoncées, et enfin les voies express moderne, construites à coups de tunnels, viaducs et murs de soutènement gigantesques (Benoit est complètement bluffé par ces travaux titanesques, dans une région peu peuplée).  La dimension des montagnes et l’échelle des paysages nous coupe le souffle : ascensions de 30km pour monter à plus de 2000m, puis redescente dans des gorges, villages perchés sur les crêtes qui s’agrandissent en villes moyennes à grand renfort d’immeubles de 15 étages construits en surplomb sur les pentes, et surtout plantations d’hévéa, maïs, thé sur le moindre espace disponible.  Nous ne sommes pas encore à Yuanyang mais les paysages sont fabuleux.  Pas de doute, les Chinois ont travaillé dur pour en arriver là.  Nous nous réjouissons aussi des costumes traditionnels portés par les femmes de la « minority » (minorité ethnique) locale.  La contrepartie est que nous passons de longues heures au volant, et les enfants n’ont guère le temps de jouer aux étapes de Jiangcheng et Yuanyang.  Nous croisons un groupe de « camping-caristes » Français qui voyagent à bord de 4 voitures tout-terrain habitables, escortés par un guide de la même agence que nous.  Ils sont partis de France pour 8 mois, et vont passer 3 mois en Chine.  Les échanges d’expériences et d’informations sur l’Asie Centrale par où ils ont gagné la Chine rassurent Agnès sur la suite du voyage.

Les rizières de Yuanyang sont magnifiques, même si, au printemps, le riz a déjà poussé et c’est moins spectaculaire qu’en automne quand elles sont en eau.  C’est une destination touristique de plus en plus prisée des Chinois, comme le montre l’aménagement de routes, restaurants et plateformes d’observation récents.  Puis c’est reparti pour une nouvelle traversée de montagne vertigineuse, au-dessus d’une retenue d’eau, et arriver à la ville historique de Jianshui.  Nous avons tout de suite le coup de foudre pour cette ville dont les rues du centre sont bordées de maisons vieilles de plusieurs siècles (le style, mais les murs et la peintures sont neufs !)  Nous avons la chance de trouver un parking tout près de la place centrale très animée : de nombreuses personnes y dansent en groupe le soir, et font du taichi ou jouent au badminton le matin.

Pas le temps de s’attarder, mais nous visitons quand même un très joli temple de Confucius vieux de 500ans.  Nous poursuivons notre route vers le Nord, en direction de Shilin où l’on visite la « Stone Forest », un parc à thème organisé autour d’un massif karstique très singulier.  C’est joli, surtout le soir avec une belle lumière, et les enfants s’amusent de ce labyrinthe d’escalier entre les rochers verticaux.  La Stone Forest est en fait la première destination des voyages organisés au Yunnan, et le parc est organisé de manière tout à fait industrielle, avec une capacité d’au moins mille bus par jour ! Heureusement, nous n’y étions pas à la haute saison touristique, et le parking de bus une fois vidé le soir est un lieu de bivouac parfait pour Serko et le groupe de Français qui nous a rejoints par une route différente.

Enfin, nous reprenons une autoroute vers le Nord, en contournant Kunming pour une très longue étape de 600km.  Sur la carte, c’est de l’autoroute tout le long, mais nous franchissons un col à 2627m où la route passe à 2x1voies vers Huize, et après Xhaotong, la route est très mauvaise et Agnès a bien du mal à doubler les camions.  Après une descente de vallée de près de 60km, nous retrouvons une autoroute digne de ce nom, succession de viaducs en fond de vallée, mais nous décidons d’écourter l’étape en sortant vers Yanjin.  Nous arrivons à la nuit, par un orage dans cette ville coincée au fond d’une vallée étroite.  C’est vraiment glauque, mais Tony nous déniche un bon parking au dépôt de bus.  Cette étape de 530km a épuisé les petits, qu’Agnès gère au mieux.  Demain, nous quitterons le Yunnan pour le Sichuan.

Conclusion de cette première semaine en Chine : sans un guide servant d’interprète et muni d’un GPS détaillé, notre voyage en Chine serait très difficile, notamment à cause de la langue et de l’alphabet totalement… chinois !  Le Yunnan est une région superbe, dont nous avions sous-estimé le caractère montagneux escarpé.  La piètre qualité de certaines routes aurait de quoi nous inquiéter pour le Tibet, mais notre guide se veut rassurant : les routes de plateau, quoique plus élevées, seraient meilleures.  Enfin, la Chine est un très grand pays, et la traverser va nous demander 9000km et de longues heures de conduite.

 

 

 


2 commentaires

  1. isa dit :

    Bonjour a tous les 6,
    Tres heureuse de me connecter aujourd’hui et de lire la mise a jour toute fraiche! Que dire… Je relis plusieurs fois tellement votre texte est riche en détails. Je decouvre cette partie du monde. Merveilleux! Nous sommes en France actuellement et Juliette était un peu decue d’apprendre qu’Elsa était en chemin, mais pas encore arrivee! Promis l’an prochain nous prendrons RDV, meme si les enfants auront grandi et les souvenirs seront plus lointains.
    Isa

  2. blot dit :

    bonjour,
    c ‘est nous que vous avez croisé à la « stone forest » en cellule relevable
    bonne continuation et bon tibet
    les routes n y sont pas mauvaises, sauf quelques travaux, pas de panique!
    armelle et Christian blot
    actuellement près des pics karstiques de gullin, la mousson est arrivée et il pleut chaque jour plus ou moins longtemps
    http://toyescargot.eklablog.com

Répondre

Manonmayotte |
Doenamriquelatine |
Daviswilson4 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Claireetxaviereninde
| Flyinguniverse2
| Vol avec james