Arrivés à la maison! – Arrived home!

Arrivés à la maison! - Arrived home! dans Album photo drapeau-francais Ca y est, nous sommes arrivés à la maison!

Après l’Azerbaidjan, nous avons passé une semaine très agréable en Géorgie, avec des paysages magnifiques et un bon moment à Tbilissi.

Album : Georgie

17 images
Voir l'album


Puis nous avons traversé la Turquie en longeant la côte de la mer Noire jusqu’à Istanbul qui est la dernière ville où nous avons fait du tourisme.

Album : Turquie

21 images
Voir l'album


Nous avons accéléré à travers l’Europe: Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Autriche, Allemagne en utilisant les autoroutes et suivant plus ou moins le Danube.

Album : Europe

12 images
Voir l'album


Et enfin la France, où nous sommes arrivés le 2 septembre par un temps d’été superbe.   Retrouvailles émues avec les parents de Benoit à Vesoul.  Et quelques jours plus tard, nous arrivions enfin à Paris où le papa d’Agnès nous a accueillis.

Rentrée scolaire pour les enfants, retour au travail pour Benoit, et plein de formalités administratives pour Agnès dans la grisaille parisienne.  Mais nous avons encore des souvenirs frais plein la tête et plein de choses à faire pour conclure le blog, alors restez connectés!


drapeau-grande-bretagne dans Europe  This is it, we have arrived home.

After Azerbaijan, we spent a nice week in Georgia, with wonderful landscapes and a great time in Tbilissi.

Then we crossed Turkey along the Black Sea to Istanbul which is the last city where we did tourism.

We accelerated through Europe: Bulgaria, Rumania, Hungary, Austria, Germany using highways and more or less following the Danube river.

And at last France, where we arrived on September 2, after 6 months travelling, welcomed by a fantastic summer weather.   We met Benoit’s parents in Vesoul with emotions.  A few days later, we finally arrived in Paris where Agnes father has welcomed us.

Children are now back to school, Benoit back to work and Agnes is dealing with numerous administratives tasks, to organise our new life in Parisian grey weather.  Boooo.  But we still have fresh memories, and many things to update on the blog, so stay tuned!

Derniers commentaires

Articles récents

Azerbaijan / Azerbaïdjan


Azerbaijan / Azerbaïdjan dans Album photo drapeau-grande-bretagne After 20h across the sea we arrive in Baku capital city of Azerbaijan. Dozens of nodding donkeys dispatched all around the city pump petrol in the middle of houses. We visit the old city with its fortress, a palace, the Maiden Tower (so called because it has never been taken by enemies), several caravanserais and lots of nice and shady little streets. The old town is surrounded by wealthy districts with luxury shops and big beautiful Haussmann style buildings. A bit farther are the glass skyscrapers.

Then we leave the desert and head for Sheki. It’s a small town located in green mountains that has a fortress and a beautiful palace with coloured glass windows and elaborated paintings on its walls and ceilings. We buy traditional cap heads with hanging coins and veil for the girls and with embroideries for Tristan.

There is something we have to confess: we all lost weight since we left Australia and eating our breakfast and picnic lunch without bread was a bit hard for we are bread addicts. Since we entered Kyrgyzstan we found bakeries regularly and we all started to put on weight and enjoy again our meals. But in middle-east we started another addiction: baklavas (these patisseries made of pastry, honey and nuts), if we don’t stop the kids they can eat a kilo in a day.


Album : Azerbaijan

21 images
Voir l'album


01.baklava-addicts-300x225 dans Sud Caucase Baklava addicts

drapeau-francais Après 20h en mer nous arrivons à Baku la capitale de l’Azerbaïdjan. On peut y voir des dizaines de pompes à pétrole en mouvement au milieu des habitations. Nous visitons la vieille ville avec sa forteresse, un palace, la Maiden Tower (son nom vient du fait qu’elle n’a jamais été prise par les ennemies), plusieurs caravansérails ainsi que de nombreuses ruelles agréables et ombragées. La vieille ville est entourée de beaux quartiers avec boutiques de luxe et immeuble de style Haussmannien. Plus en périphérie il y a les gratte-ciels tout en verre.

Nous quittons le désert et partons pour la ville historique de Sheki. C’est une petite ville au milieu de montagnes bien vertes qui possède une forteresse et un magnifique palais avec des vitraux et des fresques élaborées sur tous les murs et plafonds. Nous achetons des coiffures traditionnelles avec piécettes et voile pour les filles et une avec broderies pour Tristan.

Nous devons avouer que depuis notre départ d’Australie nous avons tous perdu du poids. Pour les bons Français que nous sommes, il n’a pas été facile de manger nos repas sans pain. Depuis le Kirgyzstan nous trouvons régulièrement des boulangeries et avons commencé à nous remplumer. Mais maintenant nous sommes au Moyen-Orient et nous avons découvert une autre addiction : les baklavas (ces pâtisseries fourrées aux pistaches, noisettes ou noix et dégoulinante de miel). Si on ne les arrête pas les enfants pourraient en avaler un kilo par jour et dans un mois nous ressemblerions tous à des bonhommes Michelin.

Turkmenistan / Turkménistan

Turkmenistan / Turkménistan dans Album photo drapeau-grande-bretagne  There are 2 ways to visit Turkmenistan: you can get a 5 days transit Visa but beware you’ll have to be one time at the exit border, or you can get a tourist Visa through a travel agency that will also provide for a guide. Good on us, we choose the second solution that is much more expensive but “safer” (you’ll see later what kind of predators we had to face). Our guide waits for us at the border to do all the paper work with us. He runs from an office to another during an hour to get the right stamps on the right forms then tells us that we just need one more stamp, the last one, but unfortunately it’s 1:00pm (lunch and nap time) and all the border offices are closed until 2:00pm. An hour later we leave the border, feeling victorious, when our guide asks if we have room for one more person in the cabin. His wife is away and he’s the one supposed to look after their 9 years old son. What would have happened if we had answered: “Sorry the cabin has only 7 seatbelts we can take 8 passengers”.

On the way to Mary we are stopped every 30 km by policemen. They are very creative to find a good reasons to ask for $5-10; one tells us that we have our lights on and it is not pitch dark wet, another founds that tinted windows were not allowed (all cars have tinted windows specially the one that belongs to the policeman), a third one tells us children under 12 are not allowed to seat on the front seat or we are driving over the speed limit in a zone without speed limit… Our guide, a smile stucks on his face, informs us that “Tourists are the president’s guests and police can’t annoyed them” and this policeman was too young and unexperienced, that one was old and in a bad mood but they actually do their job. Our guide likes his country (Here it’s far better than in Uzbekistan, isn’t it?) and he argues, chats and convinces police officers to let us go. After a dozen of police controls, we can feel he is less enthusiastic and a little bit bored but one thing we can thank him for is that we didn’t have to pay a cent. He tells us that to become a police officer you have to pay 25000 dollars cash to you hierarchy but it’s not a problem because usually after 6 months working as a traffic officer you get your money back. We also understand that trucks loaded with goods are the targets. Truck drivers always have their pockets full of $5 notes and give them systematically to the policeman who stops them without arguing or even listening to the officer’s claim. Unfortunately our vehicle is a truck. Chatting with our guide, we learn that government subsidises for petrol and accommodation; every citizen has 100 litres of petrol for free every month and our guide pays a rent of $4 a year!

The highway we take is in a terrible shape with huge ruts, so dip that some time getting out of them to take over is very difficult, with humps and bumps that force us to slow down otherwise our truck bounces for several hundred metres. But the most frustrating thing is the new smooth and wide road that is just along ours. It is not open yet because some parts are not finished yet, “no more money” explains our guide.  What a joke!

In Mary we go the bazar to buy food and admire women wearing long colourful dresses with matched headscarves. We visit Merv, the only remains of the Silk Road in Turkmenistan. On that location, 4 fortresses were built at different times between the 5th century BC and the 10th century AD, but unfortunately after the last fortress was attacked and destroyed by Gengis Khan during the 13th century only few hips of earth regularly dispatched remain. We also visit Mahomet’s cousins’ mausoleums, who brought Islam in the area. Many Muslim pilgrims come to pray, especially large group of women who see in pilgrimage the opportunity to have fun with their friends. Like them, we lift the heavy stone with a handle that takes yours sins away, the physical effort you have to provide is supposed to clean your soul. Turkmens are very superstitious! We pass by herds of camels raised by few nomad families that still live in the desert. After a dinner prepared by our guide with kebabs and eggplants cooked on a wood fire, we spend a night in the desert.

50km before reaching Ashgabat, our road is suddenly turned into a bran new highway with 3 lanes on each side and only little traffic. In Ashgabat we meet our new guide who will lead us during the second part of our journey in Turkmenistan. He speaks French, is educated, visited several countries of ex-USSR and France as well. He learnt French while he was working as an electrician for a French company of civil engineering called Bouygues. We visit the capital city with its numerous administrative buildings each one as big as Versailles and all covered with white marble, its nice English style loans with huge fountains, its golden statues of the first president (the country is currently ruled by the second president) and even a monument to celebrate the book he wrote… we could think we were in Disney land.

While Agnes and the kids enjoy the pool, Benoit visit his colleagues on the worksite of the government palace. This building is the first one Vinci (the company Benoit works for) managed to obtain in Ashgabat where Bouygues had the monopole since 20 years. The government palace is of course covered with white marble and, after the president visited the worksite, the French engineers had to figure out how they could add a fake storey at the top of the building because “it looks too small compare to the surrounding buildings”.

We take the road to Turkmenbashy, the Turkmen harbour on the Caspian Sea. Bad luck for us, when we arrive there the harbour is closed. As the president will come the following day, all activity is suspended for 2 days and the car park, where trucks wait for ferryboats, has to be cleared. Waiting at least 2 days in this city does not rejoice us, here temperatures reach 40°C at mid-day and there is nothing cultural to do.

Benoit and our guide have to walk down the hill then follow to train track to get on the wharf. They manage to reach the office of the maritime company and ask when the next boat to Azerbaijan is. What a surprise… nobody knows and we have to wait on the car park of our hotel that has pool.  In the evening our guide informs us that things are moving on the wharf and a boat might leave tonight. Within 5 minutes our truck is packed and on the way to the harbour. The police officer at the gate refuses to let us through because the pavement on the road and the car park is new and fresh (last minute embellishments for the president). Never mind, we find another entrance to reach the wharf and the custom.

After several hours the custom officers understand that we have no intension to leave the car park and we really want to get on the next boat for Azerbaijan. Having an Australian campervan on the car park during the visit of the president is just not possible; they have to find a solution. We finally get on an Azeri boat in the middle of the night and have to wake up the children at 1:00am to pass the custom and exit Turkmenistan, hurray! We spend 2 days on board waiting for a train to be loaded next to our truck. Fortunately, the ship crew takes care of us: we get 2 cabins, hot dinners and even the authorisation to use the washing machine. The day following the inauguration of the first stone of the harbour extension, a train carrying iron ore arrives and is loaded on our boat. We leave Turkmenistan for good and take the way to Baku in Azerbaijan.


Album : Turkmenistan

21 images
Voir l'album


drapeau-francais dans Asie Centrale  Pour visiter le Turkménistan il y a 2 possibilités : prendre un Visa de transit de 5 jours mais gare à vous si vous n’êtes pas sortis à temps ou prendre un Visa touristique par le biais d’une agence qui vous fournit un guide. Nous avons choisi la deuxième solution, certes plus chère,et bien nous en a pris. Notre guide nous attend à la douane pour faire les formalités à notre place. Il court de bureau en bureau pendant une heure puis nous annonce qu’il ne nous manque plus qu’un tampon à obtenir avant de partir mais que c’est malheureusement la pause de midi et que tout est fermé pendant une heure. A 14h nous sortons victorieux de la douane et notre guide nous demande si nous avons assez de place dans notre véhicule pour lui et son fils de 9 ans car sa femme est absente.

Sur la route qui mène à Mary des policiers nous arrêtent tous les 30 kilomètres. Pour nous extorquer de l’argent ils sont très créatifs et nous reprochent tantôt d’avoir les phares allumés alors que la nuit n’est pas complètement tombée, tantôt d’avoir des vitres teintées (comme tout le monde et plus particulièrement comme le flic en question), d’avoir un enfant de moins de 12 ans assis devant, ou bien d’être en excès de vitesse dans une zone sans limitation… Notre guide, sourire aux lèvres, nous apprend que « les touristes sont intouchables c’est le président l’a dit » et que ce policier est un jeune inexpérimenté et celui-ci un vieux mal léché mais qu’ils font leur travail. Notre guide aime son pays (c’est bien mieux ici qu’en Ouzbékistan, vous ne trouvez pas ?) et plaide notre défense avec beaucoup de chat et d’ardeur. Après une dizaine de contrôles notre guide perd un peu de sa chat et de sa candeur mais lui devons de n’avoir encore payé aucun bakchich. Il nous raconte que pour devenir policier il faut payer une somme de 25000 dollars en liquide pour arroser la hiérarchie mais que ce n’est pas grave car en 6 mois de service le jeune policier sera rentré dans ses frais. Nous comprenons aussi que les camions de marchandises sont les cibles, les camionneurs roulent avec en poche une liasse de billets de $5 et donne à chaque barrage de police un billet sans même écouter ce qui leur est reproché. Et malheureusement pour nous, notre véhicule est un camion.Nous apprenons au cours des conversations que l’essence est subventionnée par l’état et que chaque Turkmène reçoit un bon de 100 litres d’essence gratuite par mois, de même pour les logements : notre guide pays $4 par an de loyer !

La route principale que nous empruntons est dans un état calamiteux avec des ornières si profondes dans le bitume qu’il est difficile d’en sortit pour doubler et des bosses qui nous obligent à ralentir si l’on ne veut pas avoir la sensation de rebondir sur plusieurs centaines de mètres. Le plus frustrant, c’est que juste à côté il y a une belle route toute plate qui n’est pas utilisée parce que certains tronçons ne sont pas finis, par manque d’argent nous dit notre guide.  Tu parles !

Nous passons au bazar de Mary pour y faire quelques courses et admirons toutes les femmes en longue robe colorée avec foulard assorti sur la tête. Nous visitons Merv, le seul vestige de la route de la soie qui se trouve au Turkménistan. Sur ce lieu 4 forteresses se sont succédédu 5e siècle BC au 10e siècle AD, mais dont il ne reste que quelques monticules à cause du pillage en règle par Gengis Khan au 13e siècle. On peut aussi y voir les mausolées des cousins de Mahomet qui ont apporté l’islam jusque dans cette région. Beaucoup de musulmans viennent en pèlerinage ici, surtout des groupes de femmes qui prennent ce prétexte pour se faire une sortie entre filles. Comme elles, nous avons soulevé une grosse pierre avec poignée qui chasse les péchés par l’effort qu’il faut fournir pour la soulever. Les Turkmens sont assez superstitieux ! Nous croisons des troupeaux de dromadaires élevés par les quelques familles nomades qu’il reste encore dans les déserts du Turkménistan.Nous dormons une nuit dans le désert après un dîner préparé par notre guide de brochettes cuites au feu de bois et d’aubergines cuites dans les braises.

50km avant Achgabat, notre route se change brutalement en une autoroute, 2 fois 3 voies, flambant neuve et peu occupée. Arrivé dans la capitale nous faisons connaissance avec notre nouveau guide pour la deuxième partie de notre traversée. Celui-ci est francophone, cultivé et a voyagé dans les pays de l’ex URSS et même en France. Il a appris le français en travaillant comme électricien sur les chantiers de Bouygues. Nous visitons Achgabat avec ses bâtiments administratifs plus grands que Versailles et entièrement plaqués de marbre blanc, ses pelouses de gazon anglais avec fontaines monumentales et statues dorées du premier président (c’est actuellement le deuxième qui est aux commandes), il y a même un monument à la gloire du livre qu’il a écrit… on pourrait se croire à Disney land.

Pendant qu’Agnès et les enfants profitent de la piscine, Benoît rend visite aux collègues de Vinci qui construisent le palais du gouvernement. C’est le premier chantier que Vinci arrache à Bouygues qui détenait le monopole depuis une vingtaine d’années. Le bâtiment est bien sûr en marbre blanc et, suite à la visite du chantier par le président il a fallu lui ajouter un dernier étage fictif car il ne paraissait pas assez imposant comparé aux bâtiments alentours.

Nous prenons ensuite la direction de Turkmenbachy, le port sur la mer Caspienne. Lorsque nous y arrivons la zone portuaire est fermée. Comme le président vient demain poserla première pierre du chantier d’extension du port, toute activité doit cesser pendant 2 jours et le parking descamions en attente doit être évacué. La perspective de passer au moins 2 jours dans la fournaise de cette ville où il n’y a rien à faire ne nous enchante pas.

En passant à pied par les voies ferrées Benoît et notre guide parviennent sur le port pour demander aux bureaux de la compagnie maritime quand part le prochain bateau. Evidemment personne ne sait et nous devons attendre… après-midi passée au bord de la piscine de l’hôtel dont nous occupons le parking.  Dans la soirée, notre guide qui est retourné au nouvelles sur le port nous rend visite et nous annonce qu’il y a du mouvement sur les quais : un bateau va peut-être partir ce soir pour l’Azerbaïdjan. Branlebas de combat, en 5 minutes notre camion est plié et part pour le port. Le policier à l’entrée du port nous refuse l’entrée car l’enrobé (embellissement de dernière minute pour le président) est tout frais sur la route et le parking. Peu importe, nous prenons une autre entrée pour atteindre la douane et le comptoir du ferry.

Après plusieurs heures d’attente, les douaniers comprennent que nous ne voulons pas rater le prochain bateau et sommes prêts à faire le siège sur le parking.  Cela ferait tâche pendant la visite du président, alors ils trouvent une solution : nous faire monter à bord d’un bateau et attendre hors douane (les bateaux sont tous sous pavillon Azéri).  Nous devons réveiller les enfants à 1h du matin pour faire les formalités douanièreset sortir du Turkménistan, mais c’est une belle victoire ! Nous resterons 2 jours à quai, dans la cale du bateau, à attendre le prochain train à charger.  Heureusement l’équipage prend soin de nous : on nous offre les diners, deux cabines et nous propose même de faire une lessive. Le lendemain de l’inauguration, un train de minerais arrive et est chargé au côté de Serko (qui n’aurait pas pu entrer après le train) et nous appareillons pour Baku en Azerbaïdjan.

Articles plus anciens

Ouzbékistan / Uzbekistan


China – Silk Road / Route de la Soie

China – Tibet

Chine/China: Qinghai

Chine/China – Sichuan

Chine – China: Yunnan

Manonmayotte |
Doenamriquelatine |
Daviswilson4 | | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Claireetxaviereninde
| Flyinguniverse2
| Vol avec james